Accueil du site > Blog > 1988 - Isaac Asimov : science et créativité dans l’éducation

Première publication : 28 janvier 2011 sur Brain Pickings.

Mise en ligne : 3 février 2011.

Tags :

« Notre époque voit se multiplier de nouveaux outils numériques aidant à la diffusion du patrimoine ou créant de nouvelles formes d’expression artistiques. Ceux-ci doivent faire partie de cette stratégie, à l’heure où le numérique, et les écrans de manière générale, deviennent le meilleur moyen de toucher les populations, qu’elles soient ou non publics de la culture » lit-on dans la note développée par Guillaume Pfister et Francis Lacloche. C’est sur ces bases que s’ouvre demain le forum « Culture pour chacun » organisé par le ministère de la Culture et de la communication. Cependant, nous ne pouvons négliger que ce qui fait culture est un ensemble d’individus, composé de multiple facettes, se constituant dans un rapport de réciprocité et d’échanges, et en ce qui concerne l’internet d’un « one-to-one » qui ne s’inscrit pas dans la simple idée de biens de consommation et d’ingestion de contenus.

Intéressée par les liens entre science, créativité et éducation et dans le contexte annoncé ci-dessus, je suis arrivée un peu par hasard sur l’article écrit par Maria Popova et publié au sein de Brain Pickings le 28 janvier dernier. J’ai alors eu envie de le retranscrire - ou plutôt tenter de le traduire - ici, à la façon d’un marker dans le temps.

Nous sommes souvent fascinés par la façon dont l’avenir a pu être envisagé par nos prédécesseurs.

Cette fois-ci, cette rétro-fascination se pose autour de la question de la créativité dans l’éducation, à travers le regard de l’auteur de science-fiction Isaac Asimov, le futuriste, interviewé ici par Bill Moyers en 1988. Enregistré lors de la publication de son 391e livre, Prelude to Foundation, cette interview en trois parties offre un aperçu rare d’un esprit des plus captivants.

Asimov y transmets des indications précieuses sur la science, l’informatique, la religion, la croissance démographique ou l’univers, tout comme sa certitude quant à la puissance de l’auto-apprentissage axée sur la curiosité et quant à la nécessité de mettre en œuvre la créativité dans l’éducation dès le plus jeune âge.

Finalement, Asimov nous annonce l’ére de l’Internet et avance l’idée que les progrès technologiques élèvent la pensée humaine vers la créativité, vers un progrès social.

Une fois que chaque foyer disposera d’un ordinateur, chacun d’eux sera comparable à d’énormes bibliothèques où il sera possible de poser toutes sortes de questions tout comme y donner des réponses, des matériaux de référence, quelque chose qui suscitera l’envie d’apprendre, dès le plus jeune âge. Et même si vos questionnements apparaissent saugrenus au regard des autres..., c’est avant tout le sujet qui vous intéresse que vous pourrez questionner, approfondir, et vous pourrez le faire de votre propre maison, à votre propre rythme, dans votre propre sens... Alors , tout le monde sera en capacité d’aimer apprendre. De nos jours, l’apprentissage est un apprentissage forcé où tout le monde est forcé d’apprendre la même chose, le même jour, à la même vitesse, alors que nous sommes tous différents. Isaac Asimov
Moyers : Mais qu’en est-il de l’argument disant que les machines, les ordinateurs, vont déshumaniser l’apprentissage ?

Asimov : En fait, c’est exactement l’inverse. Il me semble que, grâce à cette machine, pour la première fois nous serons en mesure d’avoir une relation « one-to-one » entre la source de l’information et l’information des consommateurs.

La science ne véhicule pas de vérité absolue, la science est un mécanisme. C’est une façon d’essayer d’améliorer nos connaissances de la nature, c’est un système pour tester nos idées sur l’univers et pour voir si elles sont en correspondance. Isaac Asimov
Pour aller plus loin en compagnie d’Asimov sur le rôle de la science et de la créativité dans l’éducation, nous recommandons vivement The Revolving Mind, une collection de 62 essais dans lesquels Asimov décrit avec une précision stupéfiante les développements technologiques de l’avenir, mais aussi les débats complexes qu’ils ont suscités, du clonage à la recherche des cellules souches.

Haut
Contrat Creative Commons Contenus mis à disposition sous un contrat Creative Commons.
Plan du site | Réalisé avec Spip | Hébergé par Frédéric Guerrier | jQuery Twitter | RSS 2.0