Accueil du site > Ressources > Associer des images et des mots pour raconter

Première publication : 18 mai 2010 sur maisonpop.fr.

Mise en ligne : 18 mai 2010.

Tags :

Graphies et images

Un mode de communication symbolique

Le graphisme est une discipline qui consiste à créer, choisir et utiliser des éléments graphiques (dessins, caractères typographiques, photos, couleurs…) pour élaborer un objet de communication et/ou de culture.

Le pictogramme

Un pictogramme est une représentation graphique schématique, un dessin figuratif stylisé fonctionnant comme un signe d’une langue écrite et qui ne transcrit pas la langue orale. Les pictogrammes sont très utilisés dans de très nombreux domaines : cartes géographiques, météo, routes, tableau de bord automobile, transport, tourisme, informatique, téléphonie, santé, sécurité, chimie, produit ménagers, textile, environnement, etc.

L’idéogramme

Un idéogramme est un symbole graphique représentant un mot ou une idée utilisé dans certaines langues vivantes (comme le chinois et le japonais) ou anciennes (comme les hiéroglyphes de l’Égypte antique). Il faut les différencier des pictogrammes qui représentent une chose concrète par un dessin et des phonogrammes qui représentent un son.

JPEG - 25 ko
Pictogramme
Le phonogramme

Un phonogramme est un caractère écrit qui, contrairement aux morphogrammes, idéogrammes et logogrammes, est la transcription arbitraire d’un son. Par exemple, la lettre a est un phonogramme parce qu’elle note le son [a]. Le phonogramme sert à transcrire un son quel que soit le sens auquel renverra ce son. Ainsi, en français, le phonogramme a peut avoir divers sens : c’est le verbe avoir (il a), mais c’est aussi la marque du futur dans il mangera.

Le calligramme

Un calligramme est un poème dont la disposition graphique sur la page forme un dessin, généralement en rapport avec le sujet du texte, mais il arrive que la forme apporte un sens qui s’oppose au texte. Ce genre a été pratiqué dès la fin du XIXe siècle, notamment par Edmond Haraucourt, mais c’est le poète français Guillaume Apollinaire qui est à l’origine du mot (formé par la contraction de « calligraphie » et d’« idéogramme »). Le calligramme suppose une lecture « active » car le lecteur doit chercher le sens et la direction des phrases, chose qui paraît évidente dans un texte classique.

JPEG - 42 ko
Calligramme, Guillaume Apollinaire
Des objets de pensée

Dans un sens, l’image se construit depuis une expérience concrète, et dans l’autre, elle a systématiquement une implication sur nos conduites, nos usages et nos perceptions directes du monde.

René Magritte

La Trahison des images (1929) est un des tableaux les plus célèbres de René Magritte. Il représente une pipe, accompagnée de la légende suivante : Ceci n’est pas une pipe. L’intention la plus évidente de Magritte est de montrer que, même peinte de la manière la plus réaliste qui soit, un tableau qui représente une pipe n’est pas une pipe. Elle ne reste qu’une image de pipe qu’on ne peut ni bourrer, ni fumer, comme on le ferait avec une vraie pipe. Magritte a d’ailleurs développé ce discours du rapport entre l’objet, son identification et sa représentation dans plusieurs tableaux de 1928 à 1966, la série commençant avec La Clef des songes et s’achevant sur une mise en abyme de La Trahison des images : Les Deux mystères.

JPEG - 29.8 ko
La Trahison des images, René Magritte
John Cage

Vers la fin des années 40, John Cage visite la chambre insonorisée de l’université Harvard. Il s’attendait à « entendre » le silence mais comme il l’écrivit plus tard : « j’entendis deux bruits, un aigu et un grave. Quand j’en ai discuté avec l’ingénieur en charge, il m’informa que le son aigu était celui de l’activité de mon système nerveux et que le grave était le sang qui circulait dans mon corps. » Pour John Cage, aucune hiérarchie ne peut être faite entre la musique, le bruit et le silence. Ce dernier fait donc partie intégrante de l’œuvre d’art. Rien ne doit être négligé et tout phénomène donne lieu à l’épanouissement d’une forme de vie, même le silence. Mais un silence n’est jamais parfait. Il est coloré par les bruits ambiants qui, puisque toute classification ordonnée est rejetée, ne sont pas moins intéressants pour le compositeur.

JPEG - 25.4 ko
Partition, John Cage

Ses partitions prennent alors une forme graphique de notation musicale qui utilise des symboles et des indications textuelles non conventionnels pour indiquer la manière dont doit être interprété un morceau de musique.

Guy Debord

Dans les années 50, l’International lettriste élabore les concepts de psychogéographie et de dérive, une étude des effets précis du milieu géographique sur le comportement affectif des individus. Mémoires, le premier livre de Guy Debord imprimé en 1958, en est une expression. Ce livre-explosion ne ressemble à aucun autre et désoriente les habitudes. Chaque page vole en éclats. Des débris de phrases traversent l’espace dans tous les sens, lancés comme des projectiles. L’oeil du lecteur est affolé par cette curieuse balistique, et par un fléchage aléatoire, un réseau de coulures multicolores, d’éclaboussures et de bavochures, de maculages concertés. Ces taches, disposées par le peintre Asger Jorn, effilochent le discours imprimé.

JPEG - 37.2 ko
Mémoires, Guy Debord

Frontales ou serpentines, elles lui imposent des zébrures, l’écartèlent, le dilacèrent. Elles redoublent et accompagnent l’effraction du texte.

Objets graphiques

Objets physiques

Masqué, peint, chargé de singulières résonances, l’objet peut être isolé et mis en scène. Il devient alors un protagoniste à part entière d’une composition.

Mario Mertz

À partir de 1968, Mario Mertz commence à réaliser des structures archétypiques constituées de matériaux les plus disparates (verre, terre, plomb...), qui deviendront caractéristiques de sa production. Ils représentent le dépassement définitif, de la part de l’artiste, du cadre et du plan bidimensionnel. Che fare ?, constitué d’un néon dans une poissonnière en métal. fait référence à des écrits politiques (notamment celui de Lénine, Chto Delat [Que faire ?], 1912). Che fare ? n’en est pas moins une proposition poétique. Cette interrogation reste attachée à un sentiment d’urgence et de nécessité de repenser le monde en tenant compte de ce qui vient de nous.

JPEG - 16.7 ko
Che fare ?, Mario Mertz
Ben Vautier

« Je cherche systématiquement à signer tout ce qui ne l’a pas été. Je crois que l’art est dans l’intention et qu’il suffit de signer. Je signe donc : les trous, les boîtes mystères, les coups de pied, Dieu, les poules, etc. » Le mot, la pensée, le slogan et l’écriture sont à la base de l’œuvre de Ben. Fasciné par les valises et les malles, il achète à partir de 1978 ces objets de voyage qu’il transforme en petits musées. Il décide par la suite d’exposer au sol une trentaine de valises contenant chacune quelque chose de différent.

JPEG - 30.3 ko
Ben Vautier
Olivier Soulerin

Le travail d’Olivier Soulerin se situe de façon mouvante à la lisière de la peinture et de la sculpture. Cependant, l’enjeu de son travail s’articule systématiquement par rapport au langage formel de la peinture, où ce que vous voyez est (pas toujours) ce que vous avez. Cette peinture hybride constitue une matière première qu’il détourne en prenant comme support l’architecture, la sculpture ou encore des tissus imprimés.

JPEG - 18.3 ko
Olivier Soulerin
Objets tactiles

L’art interactif sollicite l’action du spectateur, mettant en marche un dispositif préprogrammé par l’artiste. L’utilisation d’univers « répondants » devient la base pour une nouvelle esthétique basée sur l’interaction en temps réel entre des hommes et des machines.

Joëlle Bitton

RAW est une œuvre mixte dont l’objet est de saisir de manière « brute » et sans médiation l’expérience subjective du quotidien d’un lieu, d’une culture, d’une société. Au coeur du projet se trouve un outil d’enregistrement audiophotographique : la prise de vue photographique déclenche l’enregistrement du son une minute avant et après celle-ci. L’installation propose de s’immerger dans le quotidien d’une personne. La première minute de son joue tandis que nous découvrons progressivement l’image. Une échelle de temps permet à l’utilisateur de se repérer et d’avancer ou de reculer dans le temps.

JPEG - 16.1 ko
RAW, Joëlle Bitton
D-3

ITÉ Light Scraper est une l’installation immersive développée par un jeune collectif australien. Elle agit comme un instrument de musique géant, influencé par l’emplacement et le déplacement des personnes. La position des visiteurs est ainsi transposée en notes de musique et en lumières.

JPEG - 24 ko
ITÉ Light Scraper, D-3
Akrylonumerik

L’Akrylonumerik est un concept de performance créé par les artistes Gilbert Petit et Jaime Jimenez. Ces performances multimédia visent à créer une œuvre évolutive et unique, en direct et visible dans l’instant. Utilisant des techniques mixtes allant de la peinture au dessin sur table tactile (multitouch), l’Akrylonumerik fait alors se croiser toutes les techniques de l’expression murale et du numérique (peinture, affiche, pochoires, vidéo, infographie et musique).

JPEG - 32.6 ko
Akrylonumerik
Takahiro Yamaguchi

Urbanized typeface du graphiste Takahiro Yamaguchi est la combinaison de la production d’un caractère expérimental et d’une installation multimédia. Le procédé est ici le coeur du projet, celui de créer des signes dans la ville (le quartier Shibuya en plein de cœur de Tokyo) en suivant un parcours prédéfini. C’est lorsqu’on se plonge dans l’installation que l’on prend la dimension du projet : à l’aide d’un clavier, on tape une lettre et on visualise dans le même temps la vidéo du parcours et sa cartographie. La réalisation de chaque signe prend entre 2 et 3 heures.

JPEG - 20 ko
Urbanized typeface, Takahiro Yamaguchi

Le choix d’un alphabet romain capital s’est imposé par la simplicité des formes à la différence des signes hiragana, l’une des composantes de l’alphabet japonais.

Objets communicants

Se rapprochant du vivant par l’élimination des intermédiaires, les technologies robotiques envahissent peu à peu le domaine de l’objet.

David Bowen

Le dispositif Growth Rendering Device de David Bowen numérise et imprime la croissance d’une plante toutes les 24 heures. Fournissant lumière et nourriture sous forme de solution aqueuse à la plante, celle-ci réagit au dispositif par la croissance. Le dispositif réagit à son tour à la plante en produisant un dessin pixellisé de la plante. Sans durée déterminée, le résultat final y devient le témoin d’un cycle de vie.

JPEG - 38.8 ko
Growth Rendering Device, David Bowen
Michael Sellam

Questionné par plusieurs recherches scientifiques menées par la NASA, Michael Sellam s’est en particulier intéressé aux Mars Exploration Rovers, petits robots autonomes truffés de capteurs, qu’elle fabrique et envoie sur Mars afin d’explorer le sol. Ainsi, One Flat Thing est une installation dans laquelle un robot aspirateur autonome équipé d’une caméra et d’un micro sans fil nettoie le sol de l’espace d’exposition tout en diffusant ses images et ses sons en direct sur un écran de grande taille. Lorsqu’il se recharge, le robot évacue la poussière accumulée et la vidéo en direct fait place à une suite de séquences d’explosions de joie collective d’un groupe fictif d’ingénieurs de la NASA.

JPEG - 10.9 ko
One Flat Thing, Michaël Sellam
Jean-Jacques Birgé et Antoine Schmitt

Dans Nabaz’mob, 100 lapins Nabaztag interprètent, tous ensemble, un opéra composé par Antoine Schmitt et Jean-Jacques Birgé. Évoquant John Cage, Steve Reich, Conlon Nancarrow ou György Ligeti, cette partition musicale et chorégraphique ouverte en trois mouvements, transmise par Wifi, joue sur la tension entre communion de l’ensemble et comportement individuel, pour créer une œuvre forte et engagée. Pervertissant l’objet industriel, la chorégraphie d’oreilles, les jeux de lumière et les cent petits haut-parleurs cachés dans le ventre de chaque lapin forment une écriture à trois voix s’appuyant sur le décalage temporel et la répétition, la programmation et l’indiscipline.

JPEG - 26.5 ko
Jean-Nabaz’mob, Jacques Birgé et Antoine Schmitt

Sources : Objetgraphik / Wikipédia


Haut
Contrat Creative Commons Contenus mis à disposition sous un contrat Creative Commons.
Plan du site | Réalisé avec Spip | Hébergé par Frédéric Guerrier | jQuery Twitter | RSS 2.0