Accueil du site > Diffusion > Khôra - Stéphan Hyronde

Le 1er avril prochain, Stéphan Hyronde vous propose de participer à une étape test du projet Khôra à l’occasion d’une soirée dédiée aux langues et à la poésie au sein de la Maison populaire de Montreuil.

Khôra est une œuvre poétique visuelle et sonore en perpétuelle construction. Issue de fragments de textes écrits et oraux, Khôra récolte des voix pour nous les retransmettre au hasard de son programme, faisant alors écho à l’écrit et aux voix précédentes qui ainsi se répondent, se rejoignent, se superposent ou se complètent. En avant-première, Stéphan Hyronde vous propose de participer à l’œuvre par la lecture et l’enregistrement de séquences poétiques transmises en anglais ou en français sur un téléprompteur.
Au début de ce travail d’écritures, évoluant dans ses aspects formels et techniques : Cap au pire de Samuel Becket. Texte de référence, d’origine pour Stephan Hyronde, et dont Theodor W. Adorno parle comme d’un texte absurde, comme protocole plus que comme énoncé narratif. Protocole qui passe par une écriture des verbes à l’infinitif, suite d’actions, là où le langage devient action (on pense à Quand dire c’est faire de John Langshaw Austin), et dont l’énoncé devient une scène.

Le nom de khôra, quant à lui, vient de Platon qui, dans Le Timée, la définit comme « le lieu », « l’emplacement », mais aussi par des figures telles que « mère », « réceptacle », « porte-empreinte ». Plus près de nous, Jacques Derrida en a livré une méditation dans laquelle il la décrit comme « lieu d’inscription de tout ce qui au monde se marque » - lieu dont les traits seraient en affinité avec « un commencement plus ancien que le commencement, à savoir la naissance du cosmos ». C’est en regard de cette idée protéiforme de lieu, de matrice, d’inscription, et d’émergence, que le projet prend ici le nom de « khôra ».


Haut
Contrat Creative Commons Contenus mis à disposition sous un contrat Creative Commons.
Plan du site | Réalisé avec Spip | Hébergé par Frédéric Guerrier | jQuery Twitter | RSS 2.0