Accueil du site > Pédagogie > Un atelier « bidouille » pour les enfants

« Le langage est en nous et nous sommes dans le langage. Nous faisons le langage qui nous fait. » Edgar Morin

JPEG - 89.7 ko
Les enfants de l’atelier bidouille vs Arduino microcontroler
Crédit photo : Édouard Sufrin

Animé par Vincent Roudaut, designer d’interaction, et Édouard Sufrin, artiste, l’atelier « bidouille » propose aux enfants de 8 à 11 ans d’imaginer de « drôles » de créations.

Dans son entretien avec le philosophe péruvien Nelson Vallejo-Gomez, Edgar Morin nous dit « que penser/computer/connaître, c’est toujours séparer et relier. Il y a toujours ces deux opérations. » Dans la démarche d’expérimentation qui soutant cet l’atelier, ces opérations tendent à favoriser créativité, débrouillardise et curiosité. « ... Cultiver veut dire être capable de donner à chacun les moyens de pouvoir, de par lui-même, contextualiser, globaliser et relier », nous dit encore Edgar Morin un peu plus loin. Une pensée complexe qui s’inscrit dans, contre et avec son environnement.

Je ne savais pas trop comment résumer cet atelier. Aussi, ces deux courts extraits viennent ici en guise d’introduction à son descriptif que Vincent Roudaut nous livre fort bien : « Face à l’explosion des technologies, les enfants des années 2000 transforment leur approche des outils. L’imagination d’“objets” est ici développée d’une manière ouverte et dans une optique actuelle de développement durable. À partir d’éléments récupérés ou à bas coût et en utilisant des technologies de pointe et traditionnelles (programmation, électronique, robotique, photo, dessin, bricolage), nous créons des choses qui existent dans un lieu pour tous : la Maison populaire qui accueille notre laboratoire fécond. »

« Une des préoccupations majeures de l’atelier bidouille est de rendre accessibles et manipulables par les enfants différents outils, matériaux et techniques. Se retrouvant face à des technologies de notre quotidien et dans une approche curieuse et ludique, ils les abordent alors avec un regard différent, en repoussent les limites, se les réapproprient et les combinent afin de se créer de nouveaux “terrains de jeux” » complète Édouard Sufrin.

Jusqu’au 11 mars 2011, vous pourrez découvrir la dernière création de l’atelier à l’occasion de la Fête salon de la Maison populaire.

Solénophone
Installation réalisée suite aux recherches et expérimentions de Gwenäelle, Arsène, Maxime, Amélia et Gabriel

Un tableau de contrôle composé d’interrupteurs et de leds nous fait face. En jouant avec ces interrupteurs et un potentiomètre habillé de couleur, les leds clignotent en séquence. Un rythme sur lequel de petits moteurs aimantés viennent percuter et faire vibrer trois tubes de métal. Nous en profitons d’ailleurs pour remercier la Serrurerie générale de Montreuil qui nous a offert et coupé les tubes. Quant aux petits moteurs aimantés, appelés « solénoïdes », ils sont du même type que ceux que l’on peut trouver dans nos imprimantes de bureau.

Parmi les réalisations précédentes

Bruits de couloirs
Installation réalisée suite aux recherches et expérimentions de Baptiste, Coline, Gustave, Marius, Samuel, Sofian et Tom

Bruits de couloirs est une installation interactive lumineuse et sonore où des sons capturés dans la Maison populaire se mêlent à des extraits enregistrés sur internet. La différence entre les éléments réels et virtuels s’avère parfois difficile à établir. Laissant croire à une présence fantomatique lorsque le couloir est désert, des lumières, cliquetis, sifflements et rires étranges se déclenchent et s’intensifient lorsqu’une présence est captée. La machine serait-elle hantée ? Ou serait-ce la Maison populaire ?

Captation
Installation réalisée suite aux recherches et expérimentions de Baptiste, Coline, Gustave, Marius, Sofian et Tom

Le canapé « piégé ». Il paraît que les français passent en moyenne 3 à 4 heures de leurs journées assis devant la télévision. Pour nous, c’est un prétexte à « expérimenter ». Alors, que se passerait-il si nous n’étions plus soudainement en situation de spectateur mais agissions sur elle par notre position ou notre nombre ?


Haut
Contrat Creative Commons Contenus mis à disposition sous un contrat Creative Commons.
Plan du site | Réalisé avec Spip | Hébergé par Frédéric Guerrier | jQuery Twitter | RSS 2.0